Sélectionner une page

De nos jours, ouvrir son entreprise est devenu comme une évidence pour certaines personnes. Pour d’autres, cela l’est moins à cause de quelques ignorances. Ce qui empêche surtout une personne ou un groupe de personnes d’ouvrir une entreprise n’est pas une question de moyen ou de ressources, c’est juste le fait de ne pas savoir comment faire. Vous allez donc voir ici comment ouvrir son entreprise.

Créer son entreprise, par où commencer ?

Créer son entreprise n’est pas une idée qui vient sur un coup de tête. Un petit brainstorming s’impose pour voir si votre idée est réalisable en connaissance des contraintes présentes sur le marché. D’ailleurs si vous voulez que cela fonctionne, il faudra que vous y pensiez très sérieusement. Il y a plusieurs étapes à passer avant de vous dire que vous avez ouvert une entreprise. Ces étapes sont obligatoires pour que votre future entreprise soit légale et surtout pour qu’elle fonctionne bien.

Avant de prendre la décision de créer sa propre entreprise, il faut que vous fassiez une étude de marché. Faire une étude de marché consiste à :

  • Connaitre la santé du marché sur lequel vous voulez vous placer. Pour cela, il faudrait que vous sachiez si le marché que vous envisagez de pénétrer est stable ou non.
  • Evaluer l’offre et la demande c’est-à-dire définir qui sont les concurrents et comment ils se portent sur le marché. En ce qui concerne la demande, vous aurez à définir les caractéristiques de vos clients potentiels ainsi que leurs besoins.

Il ne faut pas oublier que faire une étude de marché ne se limite pas à une étude qualitative. Il s’agit aussi de faire une étude quantitative. L’analyse qualitative va déterminer de façon plus approfondie les besoins de la clientèle ciblée. Quant à l’étude quantitative, elle va être plus basée sur les chiffres et les statistiques sur les besoins. De ce fait, pour avoir le maximum d’informations sur un marché déterminé, il est préférable de combiner étude quantitative et qualitative.

Faire une étude de marché n’est pas toujours facile car cela dépend du produit ou service que vous voulez mettre sur le marché. Mais il s’avère que c’est une étape indispensable à passer avant d’entamer d’autres pour ouvrir son entreprise. Pour ce faire, il existe des cabinets spécialisés dans le domaine à qui vous pouvez confier votre étude. Mais si vous voulez avoir des résultats plus personnels et plus adaptés à votre besoin, il faudra que vous vous impliquiez personnellement surtout dans l’établissement du questionnaire.

Comment établir un business plan ?

Comment ouvrir son entreprise - société

 Avant d’aller plus loin dans votre idée de créer votre entreprise, il faut que vous pensiez à établir un business plan. Un business plan est un document qui explique et décrit les opportunités commerciales liées à votre idée d’entreprenariat. En des termes plus simples, ce document explique clairement ce que vous comptez faire pour exploiter un marché et comment rentabiliser votre affaire à court, moyen et long terme.

Le business plan va aussi servir de point de repère pour vous ou pour l’équipe projet. Dans ce sens, au cours de la réalisation du projet d’entreprise, l’entrepreneur et/ou son équipe serait amené à revoir ce qui a été dit dans le document pour voir les avancées dans le projet. Cela va permettre d’évaluer ce qui a été fait et de se poser d’autres objectifs s’il le faut.

Non seulement, le business plan va être un document de référence tout au long de la réalisation d’un projet d’entreprise. Mais encore, il va servir à trouver un financement. Dans ce sens, le document doit contenir des données financières. En effet, les organismes qui voudront financer votre projet vont vouloir savoir à quel moment de votre projet leur investissement sera rentable. Le business plan aura donc au final deux rôles bien distincts : servir de référence et vous aider à convaincre les investisseurs pour financer votre projet.

Comment financer votre projet d’entreprise ?

Ayant établit un business plan, vous vous êtes rendu compte que votre projet aura besoin de plus de fond que vous ne l’aviez prévu. C’est ainsi que vous allez utiliser ce document pour trouver des potentiels investisseurs.

Il existe trois sources pour trouver un financement à votre projet, à savoir :

  • Les banques et les établissements de crédit. Pour obtenir un financement venant des banques ou des établissements de crédit, votre projet de création d’entreprise doit vraiment les convaincre. Pour cela, il faudra les assurer sur la rentabilité de votre projet et que vous maitrisez le domaine dans lequel vous allez entrer.
  • Les investisseurs en fonds propres. Ces derniers vont participer au financement de votre projet de créer votre propre entreprise dans le but de faire un profit à moyen ou long terme. Avoir recours aux investisseurs en fonds propres présente quelques avantages. En effet, l’avantage majeur est que vous n’aurez pas à rembourser le montant de leur investissement. Par contre, l’inconvénient c’est que vous devez leurs céder une partie de la gestion de votre entreprise. Cette source de financement est donc à bien étudier avant d’y avoir recours.
  • Les plateformes de crowdfunding. Ce principe est assez récent en ce qui concerne le financement d’un projet. Néanmoins, il a déjà fait ses preuves en termes d’efficacité. Le crowdfunding est un terme pour désigner un financement participatif c’est-à-dire que plusieurs personnes ou investisseurs participent au montage financier du projet. Vous pouvez trouver ces plateformes surtout sur internet.

Il faut aussi savoir que vous pouvez bénéficier d’aide venant de l’Etat pour financer votre projet. En effet, vous pouvez vous tourner vers les organismes publics pour trouver un financement. Il y a plusieurs organismes qui proposent des aides financières et parfois ce n’est pas facile de s’y retrouver. Heureusement, le site internet pour trouver les aides publiques en France répond très bien à toutes les questions qui puissent être posées.

Il faut maintenant déterminer laquelle de ces sources de financement vous allez opter. Pour bien choisir, basez-vous toujours sur votre business plan.

Quelle structure choisir pour son entreprise ?

Comment ouvrir son entreprise - création

Plusieurs options se présentent lorsqu’il s’agit de structure ou de statut d’une entreprise. Avant de commencer quelques activités que ce soit, il faut trouver le bon statut à savoir si vous voulez un statut d’autoentrepreneur, d’artisan de société… Effectivement, le choix d’un statut et du régime fiscal que l’entreprise va adopter va être primordial avant le lancement de son entreprise.

Le choix de statut juridique va dépendre du type d’activité que vous souhaitez exercer. En effet, choisir entre une EURL, une SARL, une SA ou une SAS ne se fait pas facilement. D’ailleurs, pour chaque statut, le régime social et le système d’impôt varie d’une forme d’entreprise à l’autre. Quelques idées sont à considérer lors du choix. Cela va de votre volonté à monter votre entreprise tout seul, entant qu’autoentrepreneur, ou d’avoir recours à un ou plusieurs associés. Il vous faudra aussi réfléchir au fait que vous pouvez séparer votre patrimoine personnel et professionnel.

Selon une structure déterminée va correspondre un statut juridique pour l’entreprise. Par exemple, le statut de SARL est adopté si l’entreprise va compter de deux à cent associés. Aucun capital minimum n’est exigé pour ce genre d’entreprise et enfin, chaque associé n’est responsable des dettes de l’entreprise qu’à hauteur de ses apports personnels. L’EURL par contre ne doit avoir qu’un seul associé mais il obéit aux mêmes principes qui régissent une SARL.

D’autres statuts peuvent être adoptés pour un projet de montage d’entreprise. Comme exemple, il y a la Société Anonyme ou SA, l’entreprise Individuelle (EI), la Société par Action Simplifiée (SAS). Il existe des services en ligne qui sont bien fourni qui peuvent aider à choisir un statut.

Le site de l’AFE ou Agence France Entrepreneur propose des comparatifs des différents statuts alors n’hésitez pas à faire un tour sur le site.

Quel type et régime d’imposition pour votre entreprise ?

Après vous être bien renseigné sur le type de statut que vous allez adopter pour votre entreprise, il faudra maintenant que vous pensiez au type et au régime d’imposition qui vont régir votre entreprise.

Il existe deux types d’imposition au choix et trois types d’imposition pour une entreprise. Comme type d’imposition, il y a :

  • L’impôt sur les sociétés:  généralement connu sous l’appellation de IS, ce type d’impôt est prélevé sur les bénéfices réalisés par l’entreprise durant l’exercice annuel. Le taux d’impôt est de 28% pour les bénéfices inférieurs à 500 000 € et 33,3% si ce bénéfice va au-delà. Il faut que l’article 84 de la Loi de finance 2018 « poursuit le programme de la baisse progressive du taux de l’impôt sur les sociétés jusqu’à 25% en 2022 ».

Sont assujetties obligatoirement aux IS les SA, SARL, SCA, SAS, SEL et SELARL. Par contre, l’impôt sur les sociétés est optionnel mais définitif pour les EIRL, EURL SNC et d’autres sociétés civiles qui ont une activité commerciale ou industrielle.

  • L’impôt sur les revenus: plus connu sous le terme IR, ce type d’impôt s’applique sur les revenus, les bénéfices et les gains en capital de l’entreprise.

En créant votre entreprise, vous aurez donc le choix entre l’impôt sur les sociétés (IS) ou l’impôt sur les revenus (IR).

En ce qui concerne le régime d’imposition, il en existe trois :

  • Le régime micro-entreprise : qui va vous faire bénéficier de formalités simplifiées pour la création de votre entreprise. Les obligations de déclaration d’impôt et de paiement sont aussi simplifiées pour ce type de régime d’imposition
  • Le régime réel: il existe encore deux types de régime réel. Le régime réel normal qui demande une comptabilité très détaillée et le régime réel simplifié qui permet aux entreprises un allègement dans les obligations comptables et fiscales.
  • Le régime de la déclaration contrôlée : ce type de régime vous sera imposé si vous devez déclarer des bénéfices non commerciaux ou BNC.

En général, votre régime d’imposition sera déterminé en fonction de votre chiffre d’affaires (CA), et aux bénéfices que vous dégagez de votre activité. Et en parlant de bénéfice, il y a aussi deux types de bénéfices qu’il faudra connaitre à savoir : les bénéfices industriels et commerciaux ou BIC et les bénéfices non commerciaux ou BNC.

Y-a-t-il des structures qui accompagnent la création d’entreprise ?

Que cela soit clair, que vous décidiez de vous lancer seul dans la création de votre entreprise ou de vous associer avec d’autres personnes, un accompagnement vous sera toujours utile. Effectivement, il existe des structures comme la Chambre de commerce et de l’industrie (CCI), les associations indépendantes ou des incubateurs (surtout pour les start-ups) qui sont là pour vous accompagner dans votre démarche de création d’entreprise. Ne serait-ce que pour vous informer, ces structures se mettent à votre disposition.

Pour chaque type de projet ou activité correspond une structure déterminée. Par exemple, la CCI sera plus adaptée à l’accompagnement de la création d’un projet commerciale ou industrielle. Quant à une activité libérale, l’UNAPL ou Union Nationale des professions libérales est là pour vous. Un accompagnement dans la création d’entreprise va aussi dépendre de votre profil (demandeur d’emploi, salarié…) et de la région dans laquelle vous souhaitez vous implanter.

Et les démarches administratives ?

Après avoir effectué toutes ces étapes, il convient maintenant de déclarer votre entreprise pour qu’elle ait une existence juridique. Pour cela, vous devez vous déclarer auprès du centre de formalités des entreprises ou CFE pour avoir une immatriculation (SIREN, SIRET). La gestion de l’attribution d’immatriculation revient maintenant à l’Insee.

Pour compléter votre déclaration d’existence, n’oubliez pas de passer chez le registre de commerce et de sociétés (RCS), le répertoire des métiers (RM) et d’autres entités administratives comme les services fiscaux, les caisses de retraites et les caisses de santé. De nos jours, il existe des services en ligne qui proposent des aides aux formalités administratives liées aux créations d’entreprise.

Créer son entreprise, en conclusion

Vous l’avez compris, pour se lancer dans la création de sa propre entreprise, ces démarches sont obligatoires. Il existe d’autres étapes mais celles qui sont citées plus haut sont les plus importantes. Il existe des sites gouvernementaux qui aident et facilitent la création d’entreprise. Il n’y a plus de raisons qui vous empêchent de devenir entrepreneur en connaissant de toutes ces démarches.