Sélectionner une page

 

T : Salut, c’est Théo. Bienvenue dans cette nouvelle vidéo.

Aujourd’hui, j’ai un invité super spécial. Il s’appelle Grégory Cardinale. Il va se présenter. Il a un domaine d’expertise assez particulier que je ne maitrise absolument pas. C’est pour ça que je le fais intervenir sur la chaîne. Salut Greg, tu vas bien ?

 

G : Salut Théo, merci de m’inviter, c’est un super sympa.

 

T : Je t’en prie.

 

Greg, ça fait un petit moment que je le connais, que je travaille avec lui sur de la publicité Facebook.

Il a créé et gère aujourd’hui les publicités Facebook qui me rapportent de l’argent. Moi, ce n’est absolument pas ce que je sais faire. J’ai donc préparé une petite série de questions pour Greg qui va vous répondre et vous dire comment faire si, vous aussi, vous voulez créer votre publicité sur Facebook et qu’elle vous rapporte de l’argent.

 

Greg, est-ce que tu peux te présenter, nous dire ce que tu fais et comment tu as démarré la pub Facebook ?

 

G : Je m’appelle Gregory Cardinale. Je fais de la publicité Facebook depuis environ quatre ou cinq ans maintenant. Pour la petite histoire, c’est vrai que j’ai commencé avec Facebook parce ce que j’ai perdu mon compte AdWords, pour des raisons, un peu bizarre. Je ne faisais rien de Blackhat, mais voilà, ils m’ont supprimé mon compte. Alors, je me suis mis à Facebook, presque par obligation, parce que je n’avais pas trop le choix. Maintenant, je remercie Google d’avoir fait ça. Mais c’est vrai que j’ai commencé la pub Facebook un peu dans ce cadre-là ; parce que j’avais perdu mon compte AdWords.

 

T : Donc, tu as perdu ton compte AdWords, tu t’es lancé sur Facebook. Qu’est-ce qui t’a convaincu de rester sur Facebook ? Qu’est-ce que tu as remarqué d’assez rapide ? Quelle est la différence ?

 

Quelle est la différence entre Facebook et les autres plateformes ?

G : La différence principale, c’est que c’est une plate-forme orientée audience, contrairement à Google qui est orienté recherche. Je parle de Google Search, donc Google avec les mots-clés. Ici, on parle à une audience. Comme j’explique souvent, contrairement à AdWords où l’on va tous se battre sur un mot-clé, si, par exemple, tu te bases sur le mot-clé « Comment maigrir », et que l’on est un million à se battre sur le mot-clé « Comment maigrir », c’est sûr que les prix vont augmenter fortement. En plus, on aura moins de façon de se distinguer. Alors qu’avec Facebook, c’est audience. Donc on va parler, par exemple, aux femmes de 35 ans et plus, et on va se présenter avec la vidéo, et tout ça. On va peut-être résonner avec certaines personnes et pas d’autres, mais on aura beaucoup plus de possibilités de s’exprimer et de trouver notre audience cible qu’avec Google Adwords, en fait. Il y a aussi une question de résonance. Il n’y a pas que le côté, « notre promesse », « ce qu’on présente », « notre produit », etc. ; il y a aussi la personne, l’intonation, la voix, la façon dont tu te présentes, etc.

 

T : C’est vraiment un tout. Et moi, franchement, j’appuie totalement ce qu’il est en train de dire. Parce qu’il y a maintenant trois ans de ça, non deux ans, je travaillais en tant que conseiller webmarketing pour une agence sur le web. Cette agence webmarketing basait, en fait, toute sa stratégie sur de l’acquisition de trafic vers Google Adwords. Or un jour, on a eu un concurrent qui a payé, tout simplement, plus cher que nous ses publicités. Qu’est-ce qui s’est passé ? Naturellement, je ne vous fais pas un dessin, mais la société a fermé parce que toute sa stratégie reposait sur de l’AdWords et qu’une entreprise concurrente qui avait plus de marge que nous…

 

G : Plus de moyens.

 

T : Plus de moyens, plus de marge. Donc, du coup forcément, on a été ceux qui sont sortis.

 

G : On dit souvent que les prix vont augmenter sur Facebook. Alors, c’est vrai qu’ils augmentent mécaniquement. Mais, il y aura toujours une façon de trouver son marché. À mon avis, tant que ça restera comme ça, en tout cas, ce sera toujours le cas.

 

Quel est l’intérêt de faire de la publicité sur Facebook plutôt que sur une autre plateforme ?

T : Alors Greg, est-ce que tu peux me dire quel est l’intérêt de faire de la publicité sur Facebook plutôt que de choisir n’importe quelle autre plateforme ? Puisque tu nous as dit que tu étais passé, de façon un peu obligatoire, de Google AdWords à Facebook. Pourquoi es-tu resté sur Facebook ?

 

G : Alors c’est clair que c’est déjà pour le coût du trafic. C’est la plateforme de choix pour avoir un trafic quasi-illimité à un prix défiant toute concurrence, ça c’est clair et net. Donc, de toutes les plateformes qu’il y a à côté, Instagram… En fait, Instagram est un mauvais exemple parce que ça fait partie de Facebook, mais Google dont on a parlé, etc. C’est vraiment là où on a le plus de choix pour l’audience, au prix le plus bas. Ça c’est la première chose.

 

Après, ce qui est bien avec la publicité payante, d’une façon générale, donc avec Facebook a fortiori, c’est que moi, je préfère payer pour le trafic, mais qu’au moins il soit « scalable », qu’il soit mesurable et qu’on puisse vraiment optimiser les résultats. Parce que, du coup, on traque chaque étape du tunnel.

Donc je trouve qu’on a beaucoup plus de contrôle qu’avec le trafic organique que j’ai laissé tomber pour ma part, parce qu’il fluctuait tout le temps. Du jour au lendemain, j’ai perdu mon trafic organique Google. Là aussi, c’est un peu la même histoire. Donc, c’est aussi pour la régularité. Et par exemple, certains de mes clients sont venus me voir, en me disant que ça faisait trois ans qu’ils avaient un blog et qu’ils en avaient assez de capturer 20 leads par semaine et qu’ils voulaient aller plus vite.

 

T : On va reparler des objectifs, mais ça tombe très bien que tu en parles maintenant, puisque, pour ma part, je capture à peu près 45 e-mails par jour, sans publicité sur Facebook, et aujourd’hui avec un budget, je crois qu’on dépense combien pour l’instant avec mon compte, 1 800 euros par mois ?

 

G : Oui, je crois que c’est ça.

 

T : Donc on dépense 1 800 euros par mois de publicités Facebook. Et je suis passé à +40 e-mails capturés par jour. Et en plus de ça, j’ai un retour sur investissement de deux. Donc, je ne peux pas vous dire comment on fait, parce que moi, je ne sais pas du tout comment il fait, c’est Greg qui s’occupe de ça. Mais concrètement, je peux, moi aussi, vous donner mon retour d’expérience par rapport à ça, en direct.

 

Quels sont les objectifs d’une campagne Facebook ?

T : Quels sont pour toi les intérêts ? Moi, je les connais parce que c’est ce que je t’ai demandé directement. Quels sont les objectifs d’une campagne Facebook ? Quel est l’objectif de la publicité sur Facebook ? Il peut peut-être y en avoir plusieurs.

 

G : On peut en avoir plusieurs : capture de leads, de ventes, engagements, etc. Je conseille vraiment, puisqu’on s’adresse aussi à des entrepreneurs, d’utiliser le trafic Facebook pour l’acquisition de lead, de prospects, d’accord ? Pour les faire entrer dans le tunnel, les capturer, d’une façon ou d’une autre.

 

Ce que je conseille aussi, c’est de les « attirer » par du contenu, de la valeur ajoutée. C’est vraiment important. C’est le principe de la prééminence, comme on dit, je crois, où en fait, on donne avant de recevoir et ça marche très bien. Franchement, je l’ai testé : c’est-à-dire, direct sur une page de capture ou alors en passant par du contenu puis en les ciblant à nouveau, on les capture et ça marche mieux.

 

Que faut-il éviter ?

T : Donc évitez vraiment les trucs brutaux. Qu’est-ce que tu déconseilles par exemple ?

 

G : Moi, je déconseille d’envoyer du trafic froid, directement sur les pages de vente, que ce soit des vsl ou des pages texte de vente.

 

Pour la petite histoire, j’en ai eu la confirmation par mon point de contact chez Facebook. Un jour, Facebook m’a téléphoné. J’ai eu peur ce jour-là, je ne vous raconte pas. Je me suis dit « Oh là là ! C’est quoi ce truc ! » Moi qui suis un flippé de nature, je me suis dit : « C’est quoi ça ! Ça y est, je vais perdre mes comptes. Au secours ! » Non, en fait, la dame m’a appelé pour me féliciter ! C’était super ! Elle m’a aussi expliqué qu’elle était mon point de contact et que si j’avais une question, si j’avais quoi que ce soit, elle pouvait me répondre par e-mail ou par téléphone. Elle m’a confirmé que ce que voulait Facebook, c’était que le trafic froid… On est bien d’accord, le trafic froid, ce sont des gens qui n’ont jamais eu d’interaction avec vous, ni d’engagement, ni d’inscription. Vous les envoyez d’abord sur du trafic, pour faire simple d’accord, sinon je vais passer trois heures là-dessus. Donc vous les envoyez sur du trafic. Non seulement, ça plaît à Facebook, mais il n’y a pas que ça. C’est aussi parce que ça marche mieux.

 

T : Quand tu dis « renvoyer vers du trafic », c’est renvoyer vers du contenu ?

 

G : Oui, renvoyer vers du contenu.

 

T : OK. Donc par exemple, renvoyer vers des vidéos, vers des articles… des pages de contenu.

 

G : Voilà. De la valeur ajoutée où, en fait, vous essayez de faire en sorte que votre prospect fasse un pas de plus vers le but recherché. Comme je l’ai expliqué la dernière fois à Théo, ça peut être aussi de les débloquer, ça peut être juste ça. Dans le domaine de la minceur, il peut juste s’agir de donner une recette. C’est ce genre de truc. Ce n’est pas forcément, surtout pas d’ailleurs, un bouquin de 150 pages. Non, c’est « donner de la valeur », et faire faire un pas de plus vers le but recherché.

 

T : Par exemple, nous, en ce moment, on fait de la publicité Facebook pour mon compte, sur une vidéo de motivation qui redirige vers une page de capture où l’on apporte ensuite une heure de formation, plus 30 thématiques de blog qui rapportent.

 

Quels sont mes objectifs personnels sur une campagne Facebook ?

T : Et si vous me demandez dans les commentaires (parce que je sais que vous allez me poser la question) quels sont mes objectifs personnels sur Facebook ? Je vous dirais que je ne cherche pas la rentabilité.

 

: Pas la rentabilité immédiate.

 

T : Oui, voilà, pas la rentabilité immédiate. Je recherche, bien évidemment, quand je pose 1 800 euros sur la table, de récupérer à peu près 1 800 euros, même si c’est un peu moins, ce n’est pas grave. Mais là, pour l’instant, on a un ROE 2 (rendement des capitaux propres), c’est-à-dire que je dépense 1 800 et que je récupère deux fois 1 800.

 

G : Donc du coup, les leads sont gratuits.

 

T : Et les leads sont gratuits. Ça veut dire que non seulement, je gagne de l’argent à poser de l’argent sur la table, sur la publicité Facebook ; mais en plus de ça, je récupère des e-mails qui me rapporteront encore de l’argent, dans le futur. Donc, c’est un truc de fou.

 

G : Mais tu fais bien quand même de dire que ce qu’il faut viser, c’est de « break even », c’est l’équilibre, parce que les leads sont gratuits dans ce cas-là. Tout ce que vous allez faire au-delà, donc avec votre pack-ends, c’est-à-dire vos séquences, vos webinaires, vos conférences, ça sera du plus.

 

T : Donc « break even », retenez bien ce mot anglais qu’il veut juste vous envoyer pour dire : si vous déposez de l’argent, vous gagnez la même chose et en plus de ça, vous mangez des e-mails. Donc en gros, l’objectif principal que recommande Greg, c’est « mangez des e-mails, mangez des e-mails, mangez des e-mails ! » La publicité Facebook, c’est à mon avis principalement pour ça, si vous êtes infopreneurs.

 

À partir de quel moment est-ce qu’on peut commencer de la publicité sur Facebook ?

T : J’ai une autre question : « À partir de quel moment peut-on commencer de la pub sur Facebook ? » Pour ma part, je me suis toujours dit que la pub Facebook : c’était compliqué, c’était technique, qu’il fallait avoir de l’argent. Puisque forcément, personnellement, quand on me dit pub, je pense aux gros panneaux publicitaires qui coûtent bien, bien cher.

 

G : Non, ce n’est pas TF1 !

 

T : Alors à partir de quel moment ?

 

G : Je dirais tout de suite. Tout de suite, dès que vous avez le budget pour le faire. Moi, je préconise 10 à 20 euros par jour pour démarrer. Sachant que Facebook, c’est du post-paiement, c’est-à-dire que vous allez commencer à faire votre publicité puis vous payerez au bout d’un seuil. C’est soit un seuil en temps, soit un seuil en bon temps. Donc, en fait, si votre tunnel est bien et que vous vous débrouillez bien, vous pouvez gagner avant même d’avoir payé Facebook.

 

T : Donc, admettons que vous ayez un produit, une page de vente : vous allez sur votre compte Facebook business, si j’ai bien compris, (tu me dis si je me trompe). Puis vous dites que vous voulez payer 40 euros de pub. Vous n’avez pas encore été facturé, qu’il y a déjà pour 40 euros de crédit qui ont fonctionné, qui vous ramènent du trafic. Et potentiellement peut-être déjà des ventes. Admettons que j’ai une offre à 200 euros, que je commande 200 euros de pub Facebook que je n’ai pas encore payée, je peux faire une vente, gagner de l’argent et payer après.

 

G : C’est ça.

 

Combien faut-il dépenser pour commencer avec la publicité Facebook ?

T : Donc concrètement, on peut commencer de la pub Facebook avec combien 10-20 euros par jour ?

 

G : 10 à 20 euros par jour. Pourquoi je préfère 20 euros ? Il n’y a pas de règle absolue. Mais, c’est à cause du nombre de publicités que vous allez faire et de l’audience que vous allez cibler : c’est par des ensembles de publicité où on met les budgets, les calendriers, tout ça. Cela vous permet de faire au moins un premier split test, c’est-à-dire un test A-B, ça permet de tester, par exemple, deux audiences. C’est toujours bien. Je conseille de toujours faire au moins un test A-B, un split test, à chaque fois qu’on fait de la pub sur Facebook. C’est toujours de l’amélioration promise, continue. On est toujours en train de tester, toujours en train d’améliorer, d’accord ?

 

Soit on teste deux images, soit on teste deux « headlines », c’est-à-dire deux titres, pardon avec mes anglicismes, soit on teste deux audiences, etc.

 

Que faut-il faire avant de créer la publicité Facebook ?

T : OK. Qu’est-ce qu’on va faire avant de créer de la publicité Facebook ?

Je vais faire le chiant, mais voilà, admettons que j’ai 10 euros par jour, ça le fait ; mais, si je n’ai que 10 euros par jour et que je n’ai rien derrière, qu’est-ce que tu recommandes avant de commencer la pub Facebook ? Qu’est-ce qu’il faut avoir avant de faire de la pub Facebook ?

 

G : Alors, c’est vrai que s’il n’y a rien derrière ce que je conseille, c’est de faire une « Facebook friendly offer » (FFO), qui est une offre adaptée à Facebook. Donc, si vous avez déjà un tunnel, un produit, ce que je fais parfois avec des clients comme toi, c’est de mettre en place cette FFO. C’est juste une petite offre qu’on met, qui est adaptée à Facebook, avec de petites règles à respecter, pour le trafic qu’on va justement capturer.

 

Créer une offre adaptée à Facebook

T : D’accord. Ça veut dire qu’en gros, on va devoir créer un produit spécialement pour Facebook.

 

G : Voilà. Alors ça peut être un produit qu’on crée spécialement ; ça peut être aussi ce qu’on appelle du « splintering ». On prend un module qu’on a déjà, c’est ce qu’on a fait ensemble, et on l’extrait de son contenu, ce qui fait que là, vous n’avez rien à créer.

 

T : Pour illustrer ça, je n’avais pas envie de créer un produit spécialement pour Facebook. Alors, on a simplement pris le module numéro un de ma formation « Vivre de son blog » et on l’a mis en vente moins cher. D’ailleurs combien est-ce que tu recommandes de la vendre… Quel tarif va-t-on mettre pour cette offre Facebook ?

 

Quel doit-être le tarif de l’offre adaptée à Facebook ?

G : Alors là, on est dans la partie psychologique. Il faut jouer sur le côté « achat impulsif ». Généralement, si la niche s’y prête, je conseille moins de 20 euros. Après attention, c’est à prendre avec des pincettes, parce qu’il y a certaines niches pour lesquelles un produit à 297 euros, ce serait un produit pas cher. On est bien d’accord ?

 

T : L’immobilier, la bourse…

 

G : Oui, donc tout ce qu’on dit là, c’est vraiment pour donner un ordre d’idée, comme dirait quelqu’un… Il faut vraiment prendre cela avec des pincettes. Je me méfie toujours quand je donne des chiffres comme ça.

 

T : Donc avant de commencer la publicité : il faut un produit. Il faut un produit pour gagner de l’argent pour rentabiliser la pub Facebook.

 

G : Voilà, il faut un tunnel.

 

T : Il faut une page de capture, un tunnel de vente. Un tunnel de vente est tout simplement une série de pages : donc page de capture, par exemple, ensuite une page de remerciements qui va vendre le produit d’appel à 27 euros et ensuite pourquoi pas, une page qui va proposer des produits complémentaires.

Donc ça, ce sont les trois choses qu’il faut avant de commencer la publicité Facebook.

 

Pour mes premières publicités Facebook, vaut-il mieux une image ou une vidéo ?

T : Alors Greg, qu’est-ce que tu nous recommandes ? Pour mes premières publicités Facebook, est-ce qu’il vaut mieux une image ou une vidéo ?

 

G : Je conseille souvent la vidéo. Parce qu’aujourd’hui la vidéo, c’est très facile à faire et ça a plusieurs avantages. Ça permet de connecter avec l’audience. Les gens vous voient, vous entendent. Comme on disait tout à l’heure, c’est aussi orienté audience. Et vous pouvez apporter de la valeur et les envoyer facilement avec un appel à l’action vers la page de capture. Et ça, c’est important parce que tout à l’heure, je parlais d’envoyer sur du contenu. La vidéo, vous allez directement « l’uploader sur Facebook », on est bien d’accord. Ce n’est pas un lien YouTube, surtout pas. La vidéo que vous uploadez directement sur YouTube, c’est là que vous allez mettre votre contenu. Donc après, d’accord pour envoyer directement sur une page de capture parce qu’on a donné de la valeur, on a connecté, on a démontré aussi notre autorité. Par exemple, en expliquant un peu notre histoire, ce qu’on a fait, etc.

Il y en a qui font des vidéos teasers quand ils font des conférences. Comme ça, on se dit : « Tiens le mec, il fait une conférence, il y a du monde ».

Voilà, c’est tous ces aspects. Donc connecter avec l’audience, démontrer son autorité, apporter de la valeur et un appel à l’action.

 

T : Pour l’exemple, la première publicité sur laquelle on travaille en ce moment, avec 1 800 euros de publicité par mois, c’est, tout simplement, une vidéo de motivation où je vais « montrer » la villa, où je vais également raconter mon histoire et à la fin, il y a un appel à l’action vers le lien de téléchargement. Donc voilà, pour l’exemple.

 

G : C’est une vidéo (parce qu’il y a plusieurs types de vidéos), sans rentrer trop dans les détails, mais là, c’est une vidéo de type inspiration dans laquelle tu apportes de la valeur parce que tu fais rêver. Et ça dit : « Ah oui tiens, moi aussi, j’ai envie d’y arriver. Moi aussi, j’ai envie de faire ça. C’est possible, il l’a fait, etc., etc. »

Donc, ça fait quand même avancer les gens puisque ça peut les faire débloquer, leur faire dire : « C’est bon, j’y vais ! » Donc c’est ça la valeur, ce n’est pas forcément comme je le disais tout à l’heure, amener un bouquin de 150 pages.

 

Quel est ton dernier conseil pour se lancer dans la publicité Facebook ?

T : En tout cas, est-ce que tu aurais un dernier conseil, un seul conseil, pour ceux qui veulent démarrer de la publicité sur Facebook et qui peut-être se disent « J’ai envie de me lancer, j’ai envie de créer ma pub Facebook, mais je n’ai pas forcément un tunnel de vente ». D’ailleurs, après ça, on va vous parler de quelque chose. Mais, si tu avais juste un conseil à donner aux débutants, tu leur dirais quoi ?

 

G : Je leur dirais de faire une vidéo de teasing, un peu comme on est en train de faire ici. Je leur dirais de préparer leur FFO, qu’on appelle un flux d’actualité en français. C’est, quand vous « scrollez », ce qu’il y a au milieu…

 

T : Au milieu de la page Facebook.

 

G : Là où il y a les vidéos, le chat, séparé de la colonne de droite, donc là où il y a les petites pubs. Vous pouvez donc séparer ces placements pour analyser les performances des deux. Pour commencer, c’est pas mal.

 

T : Donc, quelqu’un typiquement qui regarde cette vidéo et qui se dit qu’il veut se lancer sur la pub Facebook, tu lui recommandes de mettre une vidéo d’une inspiration ou de contenu…

 

G : Commencez par une vidéo, vous allez uploader directement.

 

T : Renvoyer vers une page de capture. On va capturer l’e-mail et ensuite proposer une offre spécialement pour YouTube, inférieure à 20 euros, c’est ça ?

 

G : Voilà.

 

T : Et ensuite, ce que tu recommandes, si on fait plusieurs publicités, c’est de vraiment bien les séparées. Par exemple de se focaliser, soit sur une publicité dans le fil d’actualité, donc « le menu principal », le truc au milieu de Facebook où vous voyez ce que mettent vos amis.

 

G : Oui, au milieu.

 

T : Au milieu de Facebook

 

G : Ou bien dans la colonne droite

 

T : Ou la colonne droite, là où il n’y a typiquement que des publicités.

 

G : Pour une raison toute bête aussi, c’est qu’il y a beaucoup de gens qui laissent tous les placements par défaut. Or, comme ce ne sont pas les mêmes formats, il n’y a pas la même place pour le texte, l’image, tout ça. Ça donne des publicités, sur la colonne de droite, qui ne sont pas géniales, parce qu’en fait, le texte est tronqué, etc. Ce n’est pas très joli. Il vaut donc mieux les séparer pour pouvoir faire le texte spécifiquement pour la colonne de droite. Je trouve que cela fait plus pro. Et puis, pour votre visiteur, c’est mieux.

 

T : OK. Merci Greg de nous avoir expliqué tout ça.

 

G : Merci à toi, Théo. Merci à tous

 

T : Si vous regardez encore cette vidéo, c’est que typiquement, vous voulez vous lancer sur la publicité Facebook ou que du moins, ça vous intéresse.

 

Donc, si vous voulez vous lancer sur Facebook, mais que vous n’avez aucune offre actuellement ; que vous n’avez pas de tunnel de vente, mais que vous voulez quand même vous lancer sur Facebook pour avoir du trafic vous permettant de gagner de l’argent, sans même avoir déjà posé de l’argent sur la table, et déjà en récupérer : Gregory a tout une formation vidéo qui explique comment créer de la publicité sur Facebook. C’est hyper rentable, puisque pour ma part Gregory me fait gagner beaucoup d’argent, également des e-mails. L’objectif n’était pas l’argent, mais qu’est-ce qu’on mange des e-mails !

 

Si, en ce moment, vous êtes dans cet objectif-là, mais que vous n’avez rien du tout, sur le lien qui apparaît dans la description de la vidéo (pour ceux qui sont sur smartphones et tablettes) et sur le lien qui apparaît ici sur l’écran (pour ceux qui sont sur ordinateur), vous accédez à l’offre de Gregory.

 

Mais en plus de ça, je vais ajouter une formation qui vous permettra de créer votre tunnel de vente et je vais en ajouter une deuxième qui vous permettra de créer vos premiers produits, que ce soit des formations vidéo ou des E-books. Donc si, en ce moment, vous vous dites : « Je veux me lancer sur la pub Facebook avec Greg, mais je n’ai rien du tout en place », je vous montre comment créer vos produits, plus votre tunnel de vente, plus votre espace membre. Tout ça, c’est, en fait, ma formation « Créer des pages de ventes efficaces ». Et, je vous ajoute, en plus, une petite formation qui s’appelle « S’enrichir avec la création de produit ». Donc tout ça est disponible sur ce lien qui apparaît juste en dessous.

 

Vous y retrouverez Grégory Cardinale qui travaille, d’ailleurs, avec les plus gros. On ne va pas citer de nom parce que je pense que tu es sous contrat, mais ne vous inquiétez pas, si je travaille avec lui, c’est que c’est du lourd. On se retrouve de l’autre côté et merci encore Greg de ta présence et on se retrouve de l’autre côté.

Ciao !