Sélectionner une page

Le monde actuel est gangrené par des crises qui touchent le plus souvent l’économie sociale. Depuis une vingtaine d’années, entrepreneuriat social est sur toutes les lèvres. Cette forme entrepreneuriale contribue fortement à la dynamique d’un pays en favorisant une croissance accrue à l’échelle sociale. Même si elle ne comble pas toutes les carences, elle a néanmoins un impact important sur la population.

L’entrepreneuriat social : qu’est-ce que c’est ?

En évolution constante depuis les années 1990, l’entrepreneuriat social s’est caractérisé comme étant une grande volonté de soumettre l’économie aux critères seuls de l’intérêt général. Dans cette logique, le profit n’est pas la priorité ultime d’une entreprise. La seule priorité qui requiert l’attention de l’entreprise sociétale est la préservation du bien commun.

C’est vraiment un revirement de situation quand on connaît littéralement les objectifs individualistes des entreprises actuelles. Mais, dans le cas échéant, la vision de l’entreprise devient plus large, parce que l’entrepreneuriat social offre des avantages tant sociaux qu’environnementaux.

Ce regain de dynamisme en matière de création d’entreprises est un point fort, car les entrepreneurs développent des activités utiles socialement qui remportent très souvent une rentabilité économique épatante.

Pourquoi devenir un entrepreneur social ?

Entrepreneuriat social - reprise

Premièrement pour développer l’économie nationale et œuvrer pour le social. Le rôle d’un entrepreneur social est de créer des nouvelles tendances exclusivement consacré à la conservation du bien commun soit de l’intérêt général. A la différence d’un entrepreneur lambda qui ne fait que gérer, l’entrepreneur social se distingue par la création de nouveaux produits très nécessaires à la population. Même si c’est vrai que ce mot « entrepreneur social » est relativement récent, il concoure tout de même au bien d’autrui.

Vous n’avez pas besoin de porter le vêtement d’un héros pour être un entrepreneur social. Il faut y prendre un réel plaisir. Le goût du défi doit être continuellement votre objectif. La caractéristique d’une telle personne (physique ou morale) est de trouver sans cesse des solutions innovantes et créatives pour améliorer le quotidien des sociaux. Il répond ainsi à des réels besoins que l’État et les concurrents (marchés) ne font pas.

Créer une entreprise de haute technologie dans le but de sauver des vies ; envisager de mettre à profit vos compétences pour des domaines touchant particulièrement les secteurs de soins aux personnes âgées, l’insertion sociale, des idées nouvelles pour des femmes battues par exemple, est un nouveau mouvement social. Les entreprises qui s’engagent dans la poursuite de tels objectifs sont couramment appelées entreprises d’insertion.

Les entreprises sociales sont-elles des actrices de l’économie ?

Oui, elles sont réellement des actrices de l’économie. En tirant une grande satisfaction à faire bouger les choses, ce leader social, répond de manière certaine à des besoins puissants. Mais avant toute chose, il faut réellement identifier ses nécessités prégnantes. Le bien-fondé de son action traduit une volonté ferme de redonner du sourire en favorisant par exemple la lutte contre l’exclusion sociale. Mais soyez certains que cela n’est pas aussi simple qu’il paraît.

En effet, au sien d’une société globale où les enjeux économiques sont conformes à des marchés uniformes, le simple fait de ne pas s’accorder est un réel défi. C’est un visionnaire qui ne se contente pas des défauts de l’économie et met en place des méthodes simples et utiles pour changer concrètement la donne. Si vous envisagez d’être un entrepreneur social, il vous faut avoir du cran et avoir une envie folle de vouloir tout changer. Ce n’est guère une action facile car la plupart du temps, vous serez jugé et stoppé dans votre élan par des forces invisibles. Il vous est possible de remporter des batailles si votre cause est juste.

Vous n’avez pas à être à la tête d’une très grande structure pour parvenir à vos fins. Contrairement à l’entrepreneuriat classique, l’entrepreneuriat social est une sorte de distinction fondamentale et structurante.  La génération actuelle a pris les devants en décidant de changer les choses. Là on aura affaire à une volonté collective plus individuelle.

Quels sont les facteurs clés du succès pour être un entrepreneur social ?

Plusieurs obstacles peuvent se présenter à vous. D’ailleurs même, il est impossible que tout marche comme sur les roulettes du premier coup. Pour réussir premièrement, vous devez vous armer de la principale chose qui fera de vous une personne imposante : vos qualités particulières. En effet, pour être un entrepreneur social, vous devez impérativement fusionner avec des acteurs cruciaux autour du projet.

La capacité à mobiliser les parties prenantes

Pour la commission européenne l’entrepreneuriat social est un débat important. L’offre des entreprises qui œuvrent dans le social et du soutien des organismes spécialisés doit être un atout pour l’entrepreneur. Celui-ci aura donc pour rôle de convaincre les acteurs pour mener à bien ses idéologies. Des questions épineuses qui découlent de l’exclusion du marché du travail font référence aux multiples facettes cachées côté santé, sécurité alimentaire, pauvreté et le faible niveau d’éducation…

Donc, être en mesure d’utiliser toutes les compétences nécessaires à la réussite du projet est un élément majeur. Vous devez au préalable vous constituer d’un large réseau dans le secteur de l’ESS pour éviter de perdre un temps précieux. Vous pouvez être un obstacle à votre réussite, si vous n’utilisez pas à profit tous les avantages mis à votre disposition.

Lorsqu’on parle d’impliquer un nombre important de parties prenantes, ceci revient à dire que vous devez non seulement utiliser tous les contacts tels que les fournisseurs, les clients, les futurs salariés, mais également des bénévoles, des collectivités locales et plus spécialement des principaux financiers. Vous devez avoir une capacité certaine à vous adapter à n’importe quel milieu. Le comprendre et identifier les différentes implications.

Comment créer une entreprise sociale ?

Si vous êtes un adepte de l’économie sociale et solidaire, vous devez impérativement avoir des notions de base pour créer une entreprise sociale. Pour vous former à des problématiques futures, vous devez entreprendre une démarche personnelle de réflexion. Vu que la finalité est la cause sociale, il est primordial de se renseigner sur les réels besoins de la population.

Étant donné que la création d’une entreprise classique est la même qu’une entreprise sociale et solidaire, quelques nuances existent. Vu que depuis quelque temps l’entrepreneuriat social est en plein essor, vous constaterez que les services comme le commerce équitable, le développement durable, les services à la personne, le recyclage… sont des secteurs qui séduisent très souvent les entrepreneurs sociaux.

Pour cela, il est capital de réaliser une étude du marché. Cette étude doit être poussée pour savoir si le projet est porteur ou non. De plus, la finalité reste et doit demeurer le sociale.  Parmi les secteurs les plus prisés dans l’économie sociale et solidaire, les services d’aide à la personne sont en tête de liste. Hormis l’étude du marché, il faut également penser à un business plan. Il est aussi essentiel de rechercher des financements. Le choix de la forme juridique doit être ben réfléchi.

Même si, vous créez une entreprise à but non lucratif, vous n’avez pas un parcours différent à celui d’un créateur lambda. Dans ce type de projet, vous devez tout même générer de l’argent pour avoir des emplois durables. Même si au final tous les revenus sont pour une juste cause, l’entreprise sociale se doit pouvoir créer des emplois durables.

Les différents types d’entreprises sociales

Il existe plusieurs formes juridiques. Il suffit de choisir celle qui vous convienne le mieux.  Vous avez le choix entre une SARL ou une SA. Si vous décidez d’avoir une forme sociale classique comme la SA, vous devez mentionner dans les statuts que la finalité est le social. Aussi, il est important de préciser le mode de gouvernance de votre entreprise sociale.

D’un autre côté, vous pouvez choisir de créer une coopérative CAE (coopérative d’activité et d’emplois). D’autres formes de coopératives sont aussi possibles comme la SCIC (société coopérative d’intérêt collectif) ou encore la SCOP (société coopérative de production). Sachez que dans ce type de société, vous devez prendre des décisions collectives. La gouvernance de votre entreprise doit être participative et les profits doivent être réinvestis. Ses coopératives visent le plus souvent les pays émergents comme ceux de l’Afrique de l’ouest.

Il est également possible de créer votre entreprise sociale en effectuant des structures d’insertion. Pour cela, il est faut obtenir une demande auprès de l’État. Après tout ceci, la demande de finance reste un grand obstacle.  Rechercher des donateurs pour un projet à but non lucratif n’est pas facile. Le risque est très élevé pour les entreprises lorsqu’il s’agit d’un entrepreneuriat social.

Mais dans la mesure où toutes les conditions semblent réunies, il est temps d’immatriculer votre entreprise et lancer enfin votre activité. Vous pouvez aussi vous rapprocher des personnes compétentes pour obtenir plus amples informations.

Quels sont les pièges à éviter lors de la création d’une entreprise sociale ?

Entrepreneuriat social - création

Optez pour un statut juridique appropriée, trouver des fonds, choisir une immatriculation ne sont pas les seuls éléments à effectuer. Il faut également s’entourer des personnes compétentes ayant les mêmes objectifs que vous. Les 03 points essentiels pour éviter des échecs sont les suivants : vos offres et services, votre équipe, et vos partenaires.

En effet, les hommes sont des grands piliers à la réussite d’un projet. C’est un point important, car vos collaborateurs doivent avoir la capacité à se mobiliser face aux enjeux, à bien gérer les projets communs.

En second lieu, vous avez des offres de services à faire valoir. Étant donné que vous êtes un leader social, vous devez faire une étude de marché pour savoir quels sont les réels besoins des sociaux. Si vous mettez en place une dynamique qui ne coïncide pas avec les besoins actuels ou tout simplement qui ne cadre pas avec les utilités actuelles, il est fort probable que vous perdiez votre temps. Soyez en adéquation parfaite avec les nécessiteux et lancer une mouvance utile et non superflu.

Contrairement à ce que vous pouvez penser, les partenaires sont importants pour votre entreprise sociale. Donc maintenir une confiance permanente doit être votre tasse de thé. La question des associées est également importante vu que vous devez activement rechercher des fonds d’investissement.

A ce sujet, sachez que vous devez être le seul décideur. Vous devez à cet effet prendre des décisions claires et précises. Même si l’associé doit participer aux caractérisations sur la vie de l’entreprise, il n’en demeure moins que sa fonction ou son utilité se résume à l’aspect financier. Sa motivation a être votre associé et sa mentalité doivent beaucoup vous intéresser.

L’entrepreneur social a-t-il accès aux marchés ?

Étant une entreprise comme toute autre, à la différence que son intérêt est social, l’entrepreneur social peut tout à fait accéder aux marchés afin d’être autonome. Il a la possibilité de générer du profit car ce dernier doit payer les salaires des employés, déclarer ses revenus, etc. C’est vrai que le plus difficile est de mettre en place des stratégies efficaces pour accéder aux marchés. Mais, il n’en demeure pas moins qu’il peut se permettre de créer des plateformes et portails internet pour vendre plus largement ses produits.

Toutefois, sachez que les économies sociales et solidaires ne bénéficient pas des mesures applicables aux PME. Ce qui veut dire que vous devez créer une compétitivité pour assurer la vente de vos produits ou services. Les entreprises sociales doivent être soutenues pars les politiques publiques et organisations internationales qui jouent un rôle très important dans la lutte contre les défis sociaux.

Leur capacité à créer des emplois, leur rôle d’acteur incontournable de l’exclusion sociale, de la fourniture de services sociaux de grande qualité, et la promotion d’un développement économique plus inclusif requiert le soutien de l’état. Les politiques publics soutiennent le développement des entrepreneurs sociaux en créant un écosystème social très propice à leur croissance.

Ils sont confrontés à des difficultés de tout type. C’est donc une autre manière pour l’État de soutenir ses initiatives sociales est de les mettre au cœur des stratégies de croissance économique et régional. Toujours dans le même ordre d’idées, l’élaboration des cadres juridiques réglementaires et du traitement fiscal propice sont des priorités politiques puisque le cadre social doit tenir compte de la mission sociale de ses entreprises.

Conclusion

En conclusion, assurer une finance durable est le défi constant de l’entrepreneuriat social. Comme ces initiatives sociales prennent de nos jours, une ampleur phénoménale, n’oublions pas qu’elles assurent en même temps le mieux-être des citoyens. L’entrepreneur social défi la conception de l’entreprise traditionnelle qui a un seul but générer des profits.