Sélectionner une page

La généralisation de l’outil Internet a fait naitre toute une myriade d’emplois s’y rapportant. Et s’il est maintenant assez commun d’entendre parler de développeur, de blogueur, de YouTuber ou de WebDesigner, le mot Infopreneur, lui, est encore très obscur. Que signifie ce néologisme ?

Définition infopreneur

Vous aurez du mal à trouver une définition d’infopreneur, dans la mesure où aucune des sources traditionnelles ou presque, n’est à même d’en fournir une claire. Même le gigantesque Wikipédia, a supprimé l’article se rapportant au terme d’infopreneur en 2009.

Si on décompose le mot d’infopreneur, on remarque facilement qu’il est composé, d’information ou informatique, et d’entrepreneur.

L’infopreneur serait-il donc un entrepreneur faisant de l’argent sur Internet ? Dans le domaine de l’information, de l’informatique ?

Oui, mais c’est un peu plus précis que ça. L’infopreneur détient, ou administre un blog. Mais ce n’est pas tout, en effet, pour être désigné d’infopreneur, il faut que ce blogueur, se serve de son blog, pour vendre un autre produit, un service.

Donc un infopreneur, c’est quelqu’un qui fait du blogging, et, qui, en parallèle des articles qu’il propose sur son blog, va aussi y vendre, un autre support d’information, ou de de formation vidéo. Ces supports sont généralement, des ebooks ou des vidéos.

Une des notions qu’il est important de comprendre et de retenir, c’est que le blog, les articles qu’il contient, ne sont en fait que le vecteur devant amener le lecteur à acheter le produit qui sera proposé parallèlement, ceci dans la grande majorité des cas. L’infopreneur construit, fidélise et met en confiance sa communauté, avant de l’inciter à acheter. C’est pourquoi le produit qui est à vendre, ne le sera jamais aux débuts du blog.

Un infopreneur est donc, pour résumer, un entrepreneur qui génère de l’argent rapidement, en vendant des produits d’information digitalisés, comme un ebook, une vidéo ou un podcast, par l’intermédiaire de son blog.

Il ne faut pas s’imaginer, pour autant, que l’infopreneur ne fait que profiter de son audience à des buts mercantiles. Le blog, en lui-même, les articles qui y sont publiés, sont généralement de bonne, voire très bonne qualité. C’est d’ailleurs très important, car c’est justement la qualité de ces articles, qui va donner la légitimité nécessaire au blogueur, pour pouvoir vendre un ou plusieurs produits connexes.

Il est évident que personne n’achèterait des vidéos de formation en ligne à un blogueur qui publie des articles médiocres, ne reflétant pas un certain savoir-faire. Si la communauté du blogueur fait le choix d’acheter ce que le site propose, c’est parce que le produit en vente est souvent présenté comme une prolongation, un approfondissement, des thématiques qui sont abordées sur le blog.

Un infopreneur est donc un blogueur qui s’est professionnalisé dans cette méthode de communication et d’information, et qui monétise son blog afin de générer des revenus lui permettant de vivre, un blogueur pro. Pour cela, il propose à sa communauté des supports thématiques d’approfondissement des sujets qu’il aborde dans les pages de son site.

La généralisation, depuis ces dernières années, de ce nouveau métier, a entrainé une certaine disparité dans la qualité, et l’intérêt, et des articles du blog, et des produits vendus en sus.

Infopreneur : exemple

Infopreneur - entreprendre

Il n’y aura pas d’exemples « sourcés », des différents types d’infopreneurs dans cet article, mais à la place, il est possible de vous présenter quelques exemples « anonymisés » de ce qui se fait dans le domaine sur le Web.

John

Donc, par exemple, une personne férue de finance, appelez la John, décide de créer un site traitant de ce sujet. A la création, John n’a pas vraiment l’intention de monétiser et de vivre de son blog. Il entreprend cette démarche afin de partager sa passion, et d’échanger avec d’autres personnes qui ont la même.

John écrit donc un, puis 5, puis 100 articles traitant tous de la finance, sous ses différents aspects, et à chaque article, sa communauté grandissante le félicite pour le fabuleux travail de recherche, d’écriture et de synthèse que propose John.

La tenue du blog de John lui prend de plus en plus de temps, encouragé comme il l’est, par ses abonnés, il cherche de plus en plus à fournir une qualité de textes des plus solides. Se faisant, il apprend énormément de choses sur ce domaine qu’il affectionne, et passe du grade de petit amateur, à amateur éclairé, puis petit à petit à celui de spécialiste.

Mais le problème qui se pose alors, c’est que John, passe de plus de temps à s’occuper de son blog afin d’en maintenir l’intérêt. Tellement d’heures journalières que cela devient un réel plein temps, et même plus. Comme ce plein temps, il le fait chez lui, il n’a donc pas le temps, ou plus le temps, d’avoir, ou de conserver un emploi. Et arrive donc le moment du choix.

John doit-il tout arrêter au niveau de son activité sur internet ? Doit-il réduire sa présence en ligne afin de pouvoir travailler de manière plus conventionnelle ? Ou alors, autre idée, ne pourrait-il pas monétiser son blog ? Après tout, la communauté qu’il a su créer, est très enthousiaste vis à vis de son travail.

John va donc essayer de générer un revenu à partir de son blog. Pour se faire, plusieurs moyens s’offrent alors à lui. Généralement les John, vendent des ebooks en pdf qui vont venir approfondir les sujets traités dans les articles. John pourrait par exemple très bien vendre, dans notre exemple, un ebook traitant des meilleures destinations pour monter une société offshore.

Mais John va décider de faire autre chose, il va se mettre à tourner plusieurs vidéos de formation. Puis il vendra ces vidéos comme du coaching financier.

Est-ce que John a raison de faire cela ? Profite-t-il des gens qui le suivent ? Dégage-t-il la juste rémunération de son travail ? Tout travail intellectuel doit-il être forcément gratuit sur Internet ? Chacun sera le seul juge des réponses qu’il convient d’apporter à ses questions. Mais d’abord, lisez ce second exemple.

Pierre

Pierre, lui n’a pas forcément de passion précise, il n’a pas de hobby, à vrai dire, il n’y a pas grand-chose qui l’intéresse en ce moment, si ce n’est le fait de trouver un moyen de se faire de l’argent facilement. Pierre n’a pas vraiment envie de travailler, mais par contre Pierre a beaucoup d’envies et de besoins. Beaucoup disent d’ailleurs que ses besoins sont un peu futiles. Pierre vient de lire ce présent article, celui-là même que vous êtes en train de lire, ou un autre, peu importe, ce qui est important, c’est que c’est alors pour lui l’illumination.

Pierre monte son blog en une petite demi-journée, c’est devenu tellement simple. Ce blog n’a pas réellement d’âme, c’est pour ça que sa mise en page a été si simple à réaliser.

Pierre n’a pas de réels talents de rédacteur, et d’ailleurs sur quoi pourrait-il bien écrire, puisqu’il ne saurait pas de quoi parler ? Alors Pierre choisit une thématique un peu au hasard, en choisissant celles qu’il sait porteuses. Et il choisit de parler de l’alimentation saine, pour cela, il vole certains articles par-ci et d’autres par-là, il en plagie quelques autres et le tour est joué, Pierre commence à accumuler pas mal de contenu.

Il lance alors la seconde phase de son plan, à savoir compiler d’autres articles plagiés en un Pdf qu’il met en vente sur son blog au prix de 4.99€. Il enjoint par la suite sa communauté à faire l’effort de dépenser cette toute petite somme d’argent, afin de lui permettre d’affronter les frais inhérents à son dur labeur.

Vous vous rendez compte, qu’il y a deux sortes d’infopreneurs, les John et les Pierre, et que si le travail des John mérite une rémunération, celui des Pierre est plus discutable. D’ailleurs, le petit commerce des Pierre ne dure en général que le temps que leur communauté ne s’aperçoive du plagiat et de la volonté mercantile de la démarche.

D’ailleurs, les Pierre n’ont généralement le temps que d’accumuler quelques légères centaines d’euros avant de devoir fermer ou abandonner leur blog, puis d’en ouvrir un autre, sur une autre thématique, et sous un autre pseudonyme.

Infopreneur : Avantages et Inconvénients

Infopreneur - produit

Avantages

Etre infopreneur présente beaucoup d’avantages, et encore plus quand vous êtes un John.

Car finalement être infopreneur, n’est-ce pas, en résumé, vivre de sa passion, en restant chez soi ? Au moins un peu, certainement, même s’il y a un caractère professionnel qui fait que cela reste cependant un réel travail.

Un autre avantage, à part de celui de faire quelque chose qui plaît, ce sont les moyens à mettre en place pour y arriver. Car, au début du moins, que va-t-il falloir pour être infopreneur ? Un bureau équipé d’un ordinateur ? Tout le monde ou presque possède déjà cet équipement. Puis, par la suite ? Un compte PayPal pour recueillir les fruits de sa monétisation, cela prend 5 minutes pour en ouvrir un. La seule chose un peu compliquée à avoir, mais qui est gratuite, c’est l’inspiration et un petit talent d’écriture.

Donc gros avantage, être infopreneur c’est quasiment gratuit. Il y aura certainement quelques frais. Par exemple quand vous en viendrez à vouloir vous professionnaliser, il vous faudra un logo, il faudra le faire réaliser par un graphiste. Il vous faudra acheter sur un site spécialisé un thème graphique un peu plus original que ceux par défaut.

Suivant la suite que vous souhaiterez donner au blog, et surtout des produits que vous voudrez proposer à la vente, il vous faudra peut-être une caméra, un micro, quelques lumières, et un peu de matériel de montage.

Donc, au début du moins, devenir infopreneur ne coute quasiment rien.

L’autre avantage est qu’en plus de pouvoir vous faire subvenir à vos besoins, vous pouvez acquérir une petite notoriété, si vous voulez être un John bien sûr, vous permettant de dériver par la suite vers d’autres médias.

Inconvénients

L’inconvénient majeur qui vient en premier à l’esprit, est que beaucoup des infopreneurs ont à souffrir de la mauvaise image que les Pierre ont donné à ce métier.

Encore beaucoup de monde pense qu’écrire sur internet n’est pas un vrai métier, et qu’il est incompréhensible que ces gens se fassent payer pour ça.

L’autre inconvénient, est que, s’il ne faut rien pour débuter, cela peut se corser par la suite et couter beaucoup d’argent, surtout si les blogueurs choisissent de vendre de la vidéo, et d’essayer d’en proposer de qualité.

Une caméra un tant soit peu professionnelle coute entre 500 et 2500 euros pour les modèles performants et dans le domaine de l’abordable. Les différents logiciels de montage sont quasiment tous un peu cher, tout comme d’ailleurs le reste, comme les lumières ou les microphones. Et si le vieux PC de papa était bien suffisant pour écrire un peu de texte, puis le copier/coller dans WordPress, il en sera tout autrement quand viendra le moment de faire du montage vidéo de vos coachings. Là il faudra un investissement minimum de 1500€ pour acquérir un ordinateur vous permettant de travailler dans des conditions acceptables.

Si devenir infopreneur est gratuit, le rester peut couter très cher, suivant vos choix.

Les revenus même peuvent être un gros inconvénient, car dans la plupart des cas ils seront faibles, surtout au début. Mais même si vous veniez à avoir votre petit succès, et à devenir riche grâce à l’argent sur internet, il faudrait alors revoir votre statut juridique car vous dépasseriez les limites autorisées par le plafond de l’auto entreprise. Ce qui entrainera donc la création d’une vraie société et conjointement, de plus forts impôts, et surtout une gestion et des formalités bien plus complexes. De plus, il faudra même peut-être passer par l’embauche de quelqu’un pour vous aider, soit à tenir votre comptabilité, soit à monter vos vidéos, ou à vous épauler pour créer d’autres contenus.

Pour conclure, être infopreneur peut être intéressant, à la condition que l’argent ne soit pas votre unique motivation. Sinon, il y a fort à parier, que vous serez condamné à faire un énorme flop. Les gens, sont maintenant habitués à internet, et très capable de distinguer le contenu de qualité, d’un simple recopiage dénué d’intérêt.