Sélectionner une page

Les business school rassemblent chaque année de plus en plus de jeunes. Cependant, ceux-ci ignorent parfois quel métier précis ils peuvent viser. Beaucoup de débouchés existent, c’est pourquoi une vraie réflexion s’impose afin de construire un projet professionnel complet et adapté à la suite d’un master entrepreneuriat.

Le travail à son compte, l’entrepreneuriat, rassemble de plus en plus de personnes désireuses de créer leur propre structure d’année en année. Les Français seraient environ un sur deux à envisager ce mode de travail. Pour ce qui est des jeunes diplômés, aussi étrange que cela puisse paraître, ce chiffre diminue. Cette perspective n’intéresse que 3 à 4% cent d’entre eux. Les chances de créer une entreprise ne sont pourtant pas rares, que ce soit pendant les études ou après. Afin que ce projet soit une réussite, quelques pistes peuvent aider à démarrer.

Des formations dédiées à l’entrepreneuriat

Il est important pour se lancer dans sa propre activité de disposer de bagages théoriques importants, mais aussi de connaissances pratiques solides. Durant la scolarité, il peut être difficile d’acquérir ces compétences, c’est pourquoi des formations dédiées à l’entrepreneuriat voient le jour. Les universités et les écoles de commerce proposent de plus en plus de formations spécialisées, notamment des Masters.

À titre d’exemple, l’école HEC propose des formations pour les personnes souhaitant entreprendre. De cette manière, les étudiants sont mis en situation, grâce à des interventions de professionnels de leur secteur. Les thèmes abordés sont vastes et utiles : cela va de la gestion de crise à la stratégie de développement, en passant par le redressement d’une entreprise ou encore les procédures de revente. Le but de ces formations est de préparer les étudiants à tout ce qu’ils pourront être amenés à gérer en tant que professionnels indépendants.

Des projets en partenariat avec des entreprises sont même proposés par certaines écoles. Cette expérience offre aux étudiants une chance de découvrir l’entrepreneuriat et les enjeux du travail indépendant.

L’avantage des juniors entreprises

master entrepreneuriat - entreprise

Les juniors entreprises peuvent être très intéressantes pour acquérir de l’expérience pendant ses études. Elles peuvent exister dans différentes écoles sous forme d’association, afin que les étudiants puissent mener à bien des missions pour plusieurs entreprises différentes.

Les domaines d’activité proposés ainsi sont vastes, que ce soit du conseil stratégique ou bien de la gestion de sites internet. Ces mises en situation réelle apportent un avantage non négligeable aux étudiants. C’est une expérience grandeur nature qui les prépare à ce qu’ils rencontreront plus tard, dans leur propre entreprise.

Le contenu d’un master entrepreneuriat

Pour accéder à la création de votre propre entreprise, ce parcours sera votre allié. Quel que soit votre projet : créer une entreprise, en reprendre une, démarrer une nouvelle activité dans une organisation déjà existante, toutes les compétences qui vous seront nécessaires seront acquises durant cette formation. Votre projet pourra ainsi être porté au mieux.

Vous devrez construire un business plan, définir des plans d’action commerciale et marketing, gérer vos ressources humaines ou encore vos finances. Cette formation vous fera vous investir sur tous ces aspects de l’entrepreneuriat. Des personnes spécialisées (et reconnues) participent à ces formations afin de vous transmettre leur expérience. À vous de tirer profit de cette aide dans le but d’étoffer vos connaissances et votre motivation à entreprendre.

Les débouchés

Si vous aimez l’économie, vous vous dites sûrement que faire une école de commerce serait une bonne idée. Effectivement, mais les carrières possibles avec ce type de formation sont très nombreuses. Un métier du commerce semblerait être le plus adapté mais dans les faits, moins de 15% des diplômés des écoles de commerce occuperaient un poste dont le but est d’augmenter les ventes de leur entreprise.

C’est à l’intégralité des métiers de l’entreprise que les écoles de commerce préparent. Ces métiers peuvent être groupés en familles, suivant leurs fonctions. Par exemple le commerce et la vente, l’aspect marketing, la gestion et la comptabilité, la communication, la fonction des finances, ou encore les achats et la logistique comme les ressources humaines, etc.

La majorité des écoles enseignent les bases pour chaque métier, mais il vous sera vite proposé de vous orienter de manière plus spécifique sur un certain type de métier. Vous pourrez faire des stages afin de vous rendre compte de ce qui vous plaît réellement et d’ajuster vos objectifs.

Les métiers commerciaux et de la vente

En France, le métier de commercial semble ne plus être à la mode chez les jeunes diplômés. Or, chaque entreprise a besoin de personnes pour assurer la vente de ses produits. Pour les personnes motivées et aimant le challenge, c’est une voie qui offre d’excellents débouchés, quelle que soit l’ampleur de l’entreprise.

Un des avantages de ce métier est que vous disposez bien souvent d’une très grande autonomie de travail, avec par exemple un portefeuille client à développer ou bien un secteur d’activité. L’évolution vers des postes de direction est tout à fait possible à partir d’un poste d’agent commercial. De plus, ces postes sont accessibles à partir d’un bac + 3 (bachelor) sans aucun problème.

Les métiers du marketing

Beaucoup des étudiants qui sortent de formations commerciales ont pour ambition de créer de nouveaux services et produits. Les métiers du marketing sont donc largement plus prisés. Cependant, cette spécialité requiert de très bonnes connaissances des marchés et des clientèles, en plus des produits proposés. Ces deux pôles doivent pouvoir se rencontrer grâce à votre créativité.

Même si cette spécialité a durant longtemps été assez obstruée (beaucoup de demandes pour peu de places), aujourd’hui, le numérique offre de nouvelles perspectives au marketing. Effectivement, l’analyse de la Big Data ou encore le marketing digital sont des pistes prometteuses si vous êtes à l’aise avec les nouvelles technologies.

Les métiers de la finance et de la compta-gestion

Ce groupe de métiers offre des débouchés exceptionnels, et ce, dans une multitude de branches et d’entreprises différentes. Les compétences requises pour ces métiers doivent être acquises durant une spécialisation lors de vos études. Ce sont des compétences pointues qu’il faudra avoir rapidement.

Des diplômes précis pour les métiers de la comptabilité existent et vous pouvez les préparer dans une école de commerce. Des masters spécialisés sont aussi accessibles, pour ce qui est de la gestion de patrimoine ou encore les finances, qui sont des domaines plus précis. Dans des entreprises privées, vous pourrez exercer ces carrières tout particulièrement. Bien sûr, il vous sera aussi possible de le faire dans le secteur public, comme dans les administrations.

De plus en plus de débouchés dans le conseil pour les jeunes diplômés

Les jeunes diplômés sont de plus en plus nombreux à être recrutés à la sortie de leur formation par de grands cabinets de conseil et d’audit. Ce serait le cas pour environ 20% des personnes diplômées d’écoles de commerce, qui décrocheraient leur premier emploi dans leur cabinet de conseil. La spécialité finance se trouvant parmi les plus désirées par les employeurs. Si vous êtes recruté de la sorte, vous serez amené à être détaché pour des missions de conseil ou d’audit financier, et ce, dans différentes entreprises clientes de votre société.

Les métiers des ressources humaines

Même si quand vous entendez « ressources humaines », vous pensez en premier lieu au recrutement, sachez que ces dernières ne se limitent pas à cela. Les ressources humaines sont aussi en charge de la formation, l’établissement des fiches de paie, les relations sociales ou encore le suivi des temps de travail et des plannings. La palette de métiers offerte par le domaine des ressources humaines (que ce soit en entreprise, dans un cabinet de recrutement ou bien dans une agence d’intérim ou toute autre structure) est une chance à saisir.

Pour ce qui est des débouchés de cette voie, ils peuvent parfois être assez fermés. L’insertion professionnelle peut être difficile à la sortie de l’école. Effectivement, ce genre de poste est bien souvent réservé à des promotions internes. Beaucoup de directeurs des ressources humaines sont entrés dans leur entreprise en tant que directeur commercial par exemple.

Les métiers de la communication et des relations publiques

Ces métiers sont attirants mais d’autres candidats sont aussi sur le coup. Vous serez lors du recrutement, face à des personnes diplômées d’écoles de communication, de journalisme, d’IEP, etc. Les débouchés semblent faibles, d’autant plus qu’il n’existe de service dédié à la communication que dans les grandes entreprises.

Ici aussi, le fait que les nouvelles technologies se développent grandement a changé la manière de travailler. Aujourd’hui, les recherches des entreprises s’axent sur la gestion des réseaux sociaux et l’animation de communautés en ligne, par exemple. Il y a donc des chances à saisir si vous êtes intéressés par les nouvelles technologies.

Si vous n’exercez pas en entreprise, sachez que vous pouvez le faire aussi dans des agences de communication. Ces dernières n’offrent toutefois malheureusement pas souvent les mêmes salaires ou la même stabilité qu’une grande entreprise.

Les métiers des achats et de la logistique

L’économie se mondialise à grande vitesse, et les entreprises doivent pouvoir suivre. Des cadres doivent donc organiser toute la chaîne d’approvisionnement. Il faut donc avoir des matières premières au meilleur prix, les acheminer, les stocker, etc. Même si ces métiers de la logistique sont relativement récents, ils n’en comportent pas moins de belles opportunités avec des postes à saisir. Cependant, seule une poignée d’écoles proposent les spécialisations requises pour ce secteur d’activité.

Le point fort est cependant que vous pouvez ainsi avoir accès à ces carrières suite à des formations en logistique, de niveau bac + 2 ou 3.

Les métiers de l’entrepreneuriat

master entrepreneuriat - entrepreneur

Les étudiants sont maintenant en plus nombreux à la sortie de leurs études, ou un peu plus tard, à vouloir monter leur propre structure. L’essor des innovations technologiques participe grandement à ce phénomène. Les écoles s’adaptent donc et mettent à disposition des étudiants des formations pour leur apprendre à inventer, innover, développer, mais aussi manager une équipe. Certaines de ces écoles vont même jusqu’à créer des incubateurs, afin d’accueillir les projets des étudiants qui montent leur startup.

Vous pouvez donc ainsi devenir entrepreneur, mais de la même manière vous pouvez aussi devenir intrapreneur. Ce terme beaucoup moins connu signifie que vous entrez dans une entreprise déjà existante afin d’y développer de nouvelles activités. Ce métier est aussi parfois appelé « business developer » en anglais.

Entreprendre après ses études

Vous désirez créer votre entreprise à la sortie de votre cursus scolaire et vous allez probablement devoir faire face aux réticences de beaucoup de personnes, incluant vos parents, des enseignants chercheurs ou autres investisseurs. Mais sachez leur répondre.

Pourquoi pas ?

Cette réponse basique contraindra la personne en face de vous à exprimer le fond de son idée. Quelles raisons voit-il à ne pas choisir l’entrepreneuriat ? Ses arguments peuvent être valables, à vous de les prendre en compte dans votre réflexion et de les tourner à votre avantage. Soyez renseigné et au clair avec vous même afin de gagner en prestance.

Aucune obligation ou contrainte trop forte à ce jour

La sortie des études peut être le bon moment de vous lancer dans la mesure où vous disposez de temps et d’énergie : les deux principales ressources dont vous aurez besoin pour assurer votre succès.

Rien à perdre

Après il sera trop tard. Une fois que vous aurez une bonne situation de cadre, un bon salaire, des responsabilités, il vous sera très difficile de tout quitter pour vous lancer dans l’aventure, et cela sera beaucoup plus stressant. C’est donc le moment idéal pour vous lancer.

Sur le web, tout va tellement vite, que l’expérience compte un peu moins

Même sur internet, l’expérience est une bonne chose. Cependant, vous pourrez développer très rapidement votre activité si vous étoffez votre expertise. De plus, si vous cherchez sur le web, il se trouve que bon nombre d’entrepreneurs partagent leur expérience. Vous pourrez donc apprendre rapidement les erreurs à éviter et les bonnes astuces, de quoi mettre toutes les chances de votre côté.

Vos erreurs seront plus pardonnables

Le fait que vous sortiez de vos études inclue que vous n’ayez pas beaucoup d’expérience, généralement. Ainsi, beaucoup de personnes seront plus indulgentes avec vous si vous n’êtes pas parfait. Votre jeunesse jouera en votre faveur.

Bénéficiez d’un environnement favorable et de conseils gratuits

Certains grands groupes favorisent l’intrapreneuriat. Vous pouvez donc trouver votre cadre de démarrage dans une école ou bien une université. Vous pourrez ainsi demander conseil à vos professeurs.

Vous avez tout à gagner

C’est ici l’argument majeur. Même si vous ne réussissez pas, vous aurez tout de même appris beaucoup de choses. Ce sera pour vous, en cas d’échec comme de réussite, une expérience exceptionnelle pour la suite. L’expérience des responsabilités que vous aurez eue sera équivalente à beaucoup d’années en entreprise.

Même si un master entrepreneuriat vous octroie quelques prérequis une fois vos études terminées, il ne vous donnera pas une admissibilité immédiate dans les entreprises que vous viserez. Les débouchés sont nombreux, même si d’autres formations pourront vous amener les mêmes compétences, comme l’école polytechnique ou une école supérieure de commerce.