Sélectionner une page

Salut, c’est Théo. Bienvenue dans cette nouvelle vidéo.

Aujourd’hui, j’aimerais partager avec vous un plan d’actions en 5 étapes pour arrêter de payer des impôts en France. Cette vidéo est issue de contacts qui travaillent pour moi. Je ne peux pas citer de noms puisque ce sont des prestataires qui, de mon côté, sont en Asie, plus particulièrement pour faire des recherches fiscales. J’ai également un avocat fiscaliste qui travaille en Belgique, en France et également un autre sur Malte. Donc, ce que je vais vous dire ici, dans cette vidéo, est issu de plus d’une dizaine de milliers d’euros investis dans de la recherche fiscale. Je vais vous en parler dans cette vidéo.

Avant toute chose, j’aimerais vous faire économiser du temps. Parce que si vous regardez cette vidéo, peut-être êtes-vous en France avec une activité salariale. Alors je préfère tout de suite vous prévenir, si vous avez une activité salariale, c’est-à-dire que vous travaillez en tant que salarié en France et que vous vivez en France, vous devrez payer des impôts. Il n’y a aucune technique pour ne pas payer d’impôts si vous êtes en France, si vous êtes salarié.

Pourquoi est-ce que j’ai fait cette vidéo ?

 

Je vais tout simplement vous montrer comment développer une activité. Par exemple, si vous êtes entrepreneur, si vous avez des activités en ligne ou si vous avez une entreprise, je vais vous montrer comment ne plus payer d’impôts en France.

Pour ça, nous verrons une série de cinq étapes concrètes pour ne plus payer d’impôts en France. Ensuite, je vous donnerai une liste de douze pays dans lesquels vous pourrez vivre sans payer aucune TVA ni aucun impôts, ni aucune cotisation. Je vais vous en parler immédiatement.

La première chose que vous devez comprendre si vous voulez ne plus payer d’impôt, c’est d’avoir une résidence fiscale à l’étranger.

Avoir une résidence fiscale à l’étranger

Qu’est-ce qu’une résidence fiscale ?

Une résidence fiscale : c’est très simple. C’est tout simplement le fait que vous habitiez dans un autre pays. Contrairement à ce que bon nombre de personnes, peut-être mal renseignées, peuvent vous dire : pour avoir une résidence fiscale, il ne s’agit pas simplement de louer un appartement ou une colocation, de donner 300-400 euros par mois et d’être considéré comme résident maltais, par exemple. Vous le savez certainement, si vous me suivez sur YouTube, j’habite à Malte et je suis résident fiscal maltais.

Je vous reparlerai ensuite de la liste des douze pays qui vous permettront d’avoir une résidence fiscale à l’étranger, dans lesquels vous pourrez vivre pour ne plus payer d’impôts. Mais la première chose que vous devez comprendre : c’est avoir une résidence fiscale à l’étranger.

Comment est-ce qu’on fait pour avoir une résidence fiscale à l’étranger ?

En fait, il y a plusieurs critères pour avoir une résidence fiscale à l’étranger, pour que le fisc français sache que vous vivez à l’étranger. Donc avoir une résidence fiscale à l’étranger, c’est la première chose à faire. Vous devez louer un appartement et y vivre.

C’était surtout valable il y a quelques années. En effet, auparavant, vous étiez obligé de passer six mois et un jour, soit je crois un total de 183 jours, dans un autre pays que la France. Aujourd’hui, ce n’est plus l’unique critère qui est regardé. D’ailleurs, vous pouvez passer moins de 183 jours à l’étranger du moment que vous avez vos intérêts économiques à l’étranger.

Avoir ses intérêts économiques à l’étranger

Ça, c’est très concret et c’est très simple. Si vous vivez en France et que vous essayez de cacher à l’État français que vous vivez en France, vous êtes dans l’illégalité. Si vous souhaitez être dans la légalité, il faut que vos intérêts économiques soient à l’étranger.

Par exemple, moi je vis à Malte. Je loue un véhicule à Malte, je vais à la salle de sport à Malte, j’ai des forfaits téléphoniques maltais, j’ai une connexion internet maltaise, je paye des factures, etc., puisque je suis à Malte. Donc mes intérêts économiques sont à Malte.

Mais admettons que vous louiez juste un appartement ici, et que vous viviez même 6 mois et un jour par an à Malte. Si vous avez, par exemple, beaucoup de biens immobiliers en France, que vous avez tout votre argent en France, que toute votre famille est en France, que votre femme ou que votre conjoint est en France, que vous avez par exemple des forfaits téléphoniques français, que vous avez des PEA etc., des livrets d’épargne en France et que vous y faites fructifier votre argent, ce que l’État français va regarder (c’est-à-dire le fisc), c’est :

– Où sont actuellement vos intérêts économiques ?

– Où est-ce que vous travaillez ?

– Où est-ce que vous allez manger le midi ?

C’est ça les intérêts économiques.

 

Donc c’est très important : retenez plus les intérêts économiques que le temps que vous allez passer dans le pays en question. Même si ce n’est pas négligeable.

Passer moins de 90 jours en France sur l’année

On peut trouver beaucoup d’informations différentes sur internet. On peut trouver des informations qui disent qu’on peut rester 90 jours sur 180 jours, d’autres qui disent qu’on peut rester moins de trois mois, moins de deux mois, etc. Pour votre sécurité, ce que je vous recommande, c’est de passer moins de 90 jours par an en France. Pour la simple et bonne raison que cela simplifiera la reconnaissance par le fisc français du fait que vous habitez bien dans un pays étranger.

Retenez simplement que tout ce que je vous dis dans cette vidéo est fait pour que premièrement, vous soyez dans la légalité, et que deuxièmement, vous ayez l’esprit serein et pour qu’il soit facile au fisc français de déterminer qu’effectivement, vous habitez bien dans un pays à l’étranger ; et que donc vous n’êtes pas redevable d’une imposition française.

 

Créer une société à l’étranger

Je sais qu’il y a beaucoup de possibilités sur internet. Retenez simplement que si vous souhaitez créer une entreprise à l’étranger, j’ai déjà fait quasiment le tour du globe, pour créer des sociétés. Je ne vous en ai pas parlé, mais quand j’étais parti en Malaisie, en Thaïlande, tous les pays dans lesquels j’ai voyagé, à chaque fois, j’ai pris rendez-vous avec des experts fiscaux. Je ne vous en ai pas parlé parce que ce n’était pas le sujet des vidéos. Aujourd’hui, je peux vous en parler, parce que ma situation est beaucoup plus claire qu’avant et que je sais maintenant où mon entreprise est créée et que je suis complètement sûr de ce que je fais.

Et je peux donc vous assurer que Hong Kong est :

– le plus simple

– le moins cher

– le plus facile à gérer

Je vais vous éviter également un long voyage, puisque vous n’avez pas besoin de vous déplacer à Hong Kong pour créer la société. On reparlera ensuite du compte bancaire. Mais pour créer la société à l’étranger pas besoin de se déplacer, vous pouvez tout simplement le faire, une fois que vous avez votre résidence fiscale à l’étranger. Encore une fois, je vous recommande de toujours suivre ce plan d’action et non pas de commencer à créer la société à l’étranger avant d’avoir votre résidence fiscale à l’étranger. Tout simplement, encore une fois, pour des histoires de clarification.

Faites les choses dans l’ordre pour que ça soit clair et limpide pour tout le monde.

Et c’est là que vient la cinquième étape. Juste une petite parenthèse, si vous ne savez pas auprès de qui créer une société à l’étranger, à la fin de cette vidéo, je vous donnerai le lien vers un ami qui a créé plus d’une heure de formation pour vous aider à faire tout ça dans le détail. Et donc maintenant, on va parler de l’ouverture du compte bancaire.

Ouvrir un compte bancaire

Et c’est là où cela se complique un petit peu, mais encore une fois, je vous ai tout décortiqué.

Pourquoi ouvrir un compte bancaire à l’étranger ?

Très simplement parce qu’encore une fois, si votre argent est en France, ça veut dire que vos intérêts économiques sont en France. Si vous habitez à Malte, peu importe votre configuration, si vous habitez dans un pays où la fiscalité est optimisée, le fait d’être habitant de tel ou tel pays n’est pas ce qui déterminera que vous y êtes résident fiscal. Ce qui le déterminera, je vous le rappelle parce que c’est très important, ce sont vos intérêts économiques ou « ce qu’il y a de plus cher à vos yeux ». Épargnez-moi les sentiments, s’il vous plaît, ce sont donc les intérêts économiques. Financièrement, où est-ce que vous avez « le plus de billes ». C’est aussi simple que ça.

Ce qu’il faut faire pour se protéger et mettre ses intérêts économiques dans un autre pays, c’est simplement d’ouvrir un compte bancaire à l’étranger. Ce que je vous recommande encore une fois, c’est de vous rendre à Hong Kong. Il est vrai qu’on peut ouvrir des comptes bancaires partout dans le monde. Mais moi, ce que je vous recommande, c’est d’avoir un compte bancaire dans le même pays que votre société. Bien évidemment, il existe d’autres possibilités que Hong Kong. Si vous avez une expertise avec des sources sures et certaines à 100 %, je vous invite à les partager dans les commentaires. Ce dont je vous parle ici, c’est du montage fiscal que j’ai actuellement et c’est ce qui me permet de vous dire comment faire.

Comment est-ce que j’ai fait ?

Grâce à l’aide d’un ami qui m’a aidé, je ne l’ai pas sorti de mon chapeau. Dans la description de la vidéo, je vous mettrais un lien qui vous en dira plus à ce sujet. Il faut ouvrir un compte bancaire à l’étranger. Encore une fois, ce que je vous recommande, c’est Hong Kong.

Pourquoi est-ce que le compte bancaire doit être dans le même pays que la société à l’étranger ?

C’est tout simplement parce que les moyens de paiement, tels que Stripe ou Paypal, tous les moyens qui vous permettent de récupérer de l’argent, ne sont possibles que dans le cas où votre compte bancaire est dans le même pays que votre société.

Donc si vous avez, par exemple, une société à Hong Kong et que vous avez un compte bancaire à Singapour, puisque je ne vous cache pas qu’à Singapour, avec 10 000 euros, il est très simple d’ouvrir un compte bancaire à l’étranger, qu’est-ce qui peut se passer ? Il peut se passer que dans quelques années, Stripe ou Paypal décident de vous bannir puisque votre société n’est pas dans le même pays que votre compte bancaire. Donc moi, c’est ce que je vous recommande.

Liste des douze pays dans lesquels vivre sans payer d’impôts

Je vais maintenant vous donner une liste de douze pays dans lesquels vous pouvez vivre sans payer de TVA, ni d’imposition. Ceci, encore une fois, est possible grâce à la société à Hong Kong. Puisqu’à Hong Kong, il n’y a pas de TVA.

Comment choisit-on le pays dans lequel on veut vivre ?

Ça, encore une fois, c’est une histoire de goûts et de couleurs. Je vais vous présenter les pays, vous faites ce que vous voulez avec cette liste.

– Vous avez bien évidemment Malte que vous commencez à connaître à force de m’entendre vous le rabâcher. Malte, pour ma part, j’adore parce que c’est très « friendly ». Il y a beaucoup de gens souriants. Les gens ont une mentalité assez amicale et moi, j’aime ça. C’est également proche de la France.

– Vous avez ensuite le Costa Rica

– Vous avez ensuite Hong Kong

– Vous avez ensuite Panama

– Vous avez les Seychelles

– Vous avez Singapour

– Vous avez Taiwan

– Vous avez Andorre

– Vous avez les Bahamas

– Vous avez les Bermudes

– Vous avez les îles Caïman

– Vous avez enfin les Émirats arabes unis.

Diversifier le risque

Je vais juste faire une toute petite parenthèse sur les sociétés RAC, qui sont les sociétés créées aux Émirats arabes unis. Ce sont des sociétés sur lesquelles vous ne payerez pas d’imposition. Cependant si vous habitez aux Émirats arabes unis, je ne vous recommande pas d’avoir une société dans le même pays que celui où vous résidez.

Pourquoi ? Tout simplement pour des histoires de diversification du risque. Admettons qu’un jour, vous ayez un problème ou X pépins avec une société, un compte bancaire, un pays de résidence, une nationalité… Vous pouvez toujours changer votre configuration. D’accord ? C’est aussi simple que ça.

Comment est-ce que je sais tout cela ?

Tout ça est issu de plusieurs dizaines de milliers d’euros qui ont été investis dans des avocats fiscalistes, également dans des formations vidéo et auprès de personnes qui m’ont aidé concrètement à le faire. J’aimerai également vous aider à faire la même chose si cela vous intéresse. Mais je n’ai pas forcément beaucoup de temps. Alors,  je vais vous mettre en relation avec mon ami Maxence Rigottier. Vous retrouverez dans la description de la vidéo, plus d’une heure offerte pour vous aider à créer votre société à l’étranger.

Il vous donne tous ses contacts, et aussi comment ouvrir un compte bancaire à l’étranger, comment avoir une assurance santé internationale. Par exemple, moi qui voyage tout le temps, je suis couvert partout dans le monde. Si je me casse une jambe en Suisse, si je me casse une dent aux États-Unis, je paye zéro euro.

Comment est-ce possible ?

Encore une fois, tout est expliqué dans le lien qui apparaît dans la description de la vidéo si vous êtes sur Smartphone et tablettes et sur le lien qui apparaît à l’écran, si vous êtes sur ordinateur. C’est grâce à lui que j’ai pu créer ma société à l’étranger, créer mon compte bancaire à l’étranger. Tout ça, c’est grâce à lui. Je l’en remercie et c’est pour ça que j’ai confiance en lui et que je vous le recommande.

Vous le retrouverez de l’autre côté. Je vous souhaite une excellente journée et une bonne optimisation fiscale pour enfin récupérer tout l’argent qui vous revient de droit.

Ciao !