Sélectionner une page

Ouvrir une entreprise en France, c’est assez simple ! Ce guide complet sur l’entrepreneuriat français vous en dira davantage. Découvrez comment créer une entreprise en France de A à Z.

Choisir la raison sociale de sa structure

Il est important de définir la forme juridique de votre entreprise avant sa création. Il s’agit là d’un exercice qui n’est pas toujours aisé quand on n’est pas forcément adepte du droit ! En France, il existe plusieurs formes juridiques d’entreprises définies par la législation. L’idéal pour vous serait de faire appel à l’expertise d’un notaire ou d’un cabinet conseil avant de prendre une décision sur la question. Nous vous présentons ci-dessous les différentes formes que vous pourrez donner à votre future entreprise.

La SARL

Société à responsabilité limitée, elle requiert la participation de 2 à 100 personnes encore appelées associées. Pour avoir accès aux parts détenues dans l’entreprise, toutes les parties doivent être d’accord. Le capital social minimum est fixé librement à la création de l’entreprise. La SARL repose sur un mode d’organisation et de fonctionnement régit par un corps de règles, et pose comme préalable la présence d’un représentant légal appelé gérant.

La SCI

La SCI, société civile immobilière se caractérise par la construction ou l’acquisition de biens immeubles qui seront mis à disposition ou en location. Elle est constituée d’au moins deux personnes qui peuvent être des personnes physiques ou morales. L’une des caractéristiques essentielles de la SCI est que tout associé peut être considéré comme gérant de l’entreprise, de même qu’elle s’appuie sur un modèle de gestion de type patrimoniale. Ceci favorise le non démembrement de la propriété dans le cas d’une succession avec plusieurs héritiers.

EURL

C’est une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée qui suppose la présence d’un représentant légal appelé gérant. Tout comme c’est le cas avec une SARL, la responsabilité se limite aux seuls apports et le capital est fixé à la création de l’entreprise française.

La SAS

La SAS est une société par actions simplifiées pour laquelle, il n’y a ni minimum ni maximum dans la détermination du capital. Elle se compose d’au moins 2 personnes qualifiées d’actionnaires. Cette forme d’entreprise française s’appuie sur une gestion collégiale dans laquelle, les pouvoirs de direction sont repartis parmi les acteurs. Elle prend la forme d’une société commerciale, son organisation et son fonctionnement sont aménagés librement par les actionnaires à sa création. Son représentant légal est appelé président.

La SASU

La SASU est une société par actions simplifiée unipersonnelle ayant un actionnaire unique.  Son Président est considéré comme salarié de l’entreprise. C’est une société commerciale dont le capital est fixé sans limite obligatoire, de même qu’elle obéit aux mêmes règles d’organisation et de fonctionnement que la SAS. La SASU se distingue par la souplesse de son fonctionnement et la libre fixation des clauses.

Etablir un business plan infaillible

Une des conditions de succès de votre entreprise en France, c’est votre plan d’affaires. Encore appelé Business plan, il joue un rôle de premier ordre dans :

  • l’identification de la forme juridique de l’entreprise ;
  • la connaissance du marché (la concurrence et la clientèle) ;
  • la faisabilité de votre projet ;
  • l’apport en capital dont vous disposez ;
  • les investisseurs éventuels ;
  • les aspects techniques et juridiques qui entourent votre projet de création d’entreprise ;
  • les prévisions et les risques qui entourent la création de votre entreprise.

Il est donc important de bien l’élaborer pour la réussite de votre projet de création d’entreprise en France.

Analyse la concurrence

ouvrir une entreprise en france - concurrence

La connaissance de la concurrence est indispensable avant de se lancer. Vous devez savoir quels produits et/ou services offrent vos concurrents potentiels, leurs forces et faiblesses, la notoriété dont ils disposent sur le marché dans lequel vous souhaitez vous lancer. Ne perdez jamais de vue que vos concurrents peuvent être directs ou indirects, vous ne devez donc jamais rien prendre pour acquis.

Par exemple, vous êtes le seul français qui propose le chocolat dans un quartier de Paris 18e. Même si personne n’offre le même produit, cela ne veux pas dire que vous êtes tiré d’affaire. Le boulanger du coin, qui lui vend simplement de la pâtisserie, pourrait également commercialiser du chocolat. Dans ce cas, il devient indirectement votre concurrent.

Elaborer sa stratégie marketing pour mieux vendre

Le marché français est réputé pour son dynamisme et son niveau de concurrence, et les consommateurs français pour leur attrait vis-à-vis de la qualité. Avoir une entreprise en France suppose des produits et services de qualité accrocheurs, mais surtout l’élaboration d’une politique marketing suffisamment efficace pour convaincre vos clients potentiels. Cette politique doit tourner autour d’outils de communication imparables qui prennent en compte tous les aspects de votre produit/service.

La mobilisation des médias sociaux (Facebook, Google+, Twister, etc.) et traditionnels sont nécessaires, de même que le recours au hors-média (affiches, flyers, tee-shirt, panneau publicitaire, etc.). L’usage du marketing mixte est un atout. Il s’appuie sur les 4p (produit, prix, promotion sur le lieu de vente et publicité). En outre, il est important de vous appuyer sur les leviers d’innovation technologique et la structure globale de votre entreprise, avant de définir la stratégie marketing appropriée pour vos produits/services. Le succès de votre entreprise dépend du lien de connivence existant entre la politique globale de l’entreprise et la politique marketing de celle-ci.

Segmentation, ciblage et positionnement

Une bonne étude de marché est celle qui apporte des informations sur le marché. Elle intègre entre autres, des informations liées à la segmentation de la clientèle, le ciblage de la clientèle, et le positionnement de votre entreprise sur le marché.

Segmenter la clientèle

La segmentation consiste à organiser la clientèle à partir de critères d’identification bien élaborés. Ceci va permettre la formation de groupe au sein desquels on retrouvera des clients obéissant aux mêmes critères (ces clients peuvent être des personnes physiques ou morales). Cette catégorisation est pertinente pour apprécier la réaction de la clientèle face à une offre commerciale de l’entreprise. En clair, la segmentation vous permettra de mieux cerner les points de convergence et de divergence chez vos clients, tout en vous donnant la possibilité de mener des actions marketing orientées et structurées de manière cohérente.

Cibler sa clientèle

Il s’agit simplement de choisir les parts de marché pour lesquelles, la moindre action commerciale pourra générer de grands bénéfices. A cette phase déterminante du processus de la création d’entreprise, en tant que start-up française, vous devez effectuer les meilleurs choix.

Se positionner sur le marché

Le positionnement est la place que vous désirez occuper dans l’esprit de votre client. Si vous désirez créer un établissement de serrurerie sur Nantes, vous pouvez par exemple vous positionner comme un expert qui offre des services de qualité ou comme un artisan pas cher.

Promouvoir son produit/service pour élargir son portefeuille client

Il est intéressant, pour toute entreprise, de posséder un portefeuille client important. Pour y arriver, ça n’est pas toujours facile ! Toutefois, il vous suffira juste de développer quelques astuces ingénieuses, pour fidéliser vos clients présents et futurs, et faire beaucoup de prospection.

Par exemple, pour une entreprise spécialisée dans la commercialisation des gels douche, la prospection lui permettra d’offrir des gels douche qui répondent aux spécifications (attentes) de sa clientèle. Elle pourrait aussi organiser des campagnes promotionnelles au cours desquelles, elle vendrait deux gels au prix d’un ! Ou organiser des tombolas, ou simplement offrir des bons d’achat pour ses clients habituels, en vue de les fidéliser d’une part, et accroître son portefeuille client d’autre part !

Le financement d’un projet de Création d’entreprise en France

ouvrir une entreprise en france - financement

La question du financement est un sujet majeur qui suggère un grand moment de réflexion avant de vous lancer dans la création de votre entreprise. Pour beaucoup de français, ça n’est pas une chose aisée ! Comme beaucoup d’entrepreneurs avant vous, vous aurez du mal à faire démarrer votre business au début car, vous pourriez disposer d’un capital propre qui s’avère insuffisant compte tenu de l’ampleur de votre projet. La solution pour vous est de se lancer à la recherche des financements.

Vous avez la possibilité d’ouvrir le capital à d’autres personnes (physiques ou morales), solliciter un accompagnement des pouvoirs publics (c’est le cas de la Banque Publique d’Investissement sous certaines conditions), participer à des programmes/concours de financement des meilleurs projets (cas de la prime d’aménagement du territoire qui encourage l’implantation et le développement d’entreprises sur les zones prioritaires de l’aménagement du territoire). Bref, vous avez en France, un ensemble de mesures destinées à vous accompagner dans la recherche du meilleur financement possible pour démarrer votre projet.

Démarches administratives et légalisation de ses activités

Comme c’est le cas partout ailleurs, la création d’entreprise en France implique de se soumettre à un ensemble de procédures. Celles-ci rentrent dans le cadre des démarches administratives nécessaires, pour que votre entreprise devienne légale. Selon le secteur d’activité, la forme juridique de votre entreprise, et les textes qui régissent l’entrepreneuriat en France, vous rencontrerez les différentes Institutions mises sur pied par l’Etat tout au long du processus.

Enregistrer ou immatriculer son entreprise

La première étape est de donner un nom à votre future entreprise. Il doit être accrocheur, avoir un contenu et une identité qui vous permettront de le labelliser, et s’imposer comme une marque de référence auprès des clients et des partenaires sociaux. Le nom influence la perception que les clients auront de vos produits/services. Il est donc important d’établir un lien entre celui-ci et vos produits/services, les deux sont associés et doivent de tout temps aller ensemble. A l’écoute du nom de l’entreprise, on devrait directement faire le lien avec les produits/services qu’elle offre et inversement. Le recours à L’INPI (Institut National de la Propriété Intellectuelle) est un atout pour disposer des informations précises sur la question.

En ce qui concerne l’immatriculation, il est important de faire immatriculer votre entreprise auprès du Registre du Commerce et des Sociétés (RCS). Il vous suffit juste d’initier une démarche qui pourra être faite sur place, auprès du Greffe du Tribunal de Commerce compétent, ou en ligne tout simplement. Des informations vous seront transmises tout au long de la procédure et les exigences liées à l’une ou l’autre option.

Obtenir les licences d’exploitation

Pour la plupart des entreprises en France, l’obtention d’une Licence d’exploitation constitue un préalable avant tout exercice d’activité. C’est le cas notamment des activités à caractère commercial. Selon le domaine, vous obtiendrez par exemple, une licence pour un logiciel, de la licence IV pour vendre de l’alcool, d’une licence de transport…

Cela peut prendre du temps pour obtenir une licence d’exploitation. Il est donc préférable d’initier la procédure de demande le plus tôt possible, une fois que tout est fin prêt pour le démarrage des activités de l’entreprise. Souvenez-vous aussi qu’en France, les autorisations d’exploitation commerciale sont régies par les articles L. 750-1 à L. 752-27 et R. 751-1 à R. 752-48 du code de commerce, issus de la loi n° 2008-776 du 4 août 2008 de modernisation de l’économie (LME).

Payer les impôts et souscrire une assurance sociale

La crédibilité d’une entreprise tient à sa capacité à offrir une politique sociale qui protège son personnel (assurance sociale), honorer ses engagements vis-à-vis de l’administration fiscale. Il est important pour votre entreprise d’être en règle, de fournir une comptabilité régulière bien informée durant son évolution. Elle doit se soumettre au paiement des diverses taxes, impôts (IS : impôt sur les sociétés par exemple), et TVA selon ses activités. Ainsi, le type et les taux d’imposition de l’entreprise vont dépendre de la nature de ses activités. Vous devez, en outre, fournir chaque année, un DSF (Déclaration Statistique et Fiscale) qui présente le bilan de votre entreprise en fin d’exercice.

Conclusion

Comme le montre cet article, ouvrir une entreprise en France n’est pas une chose si compliquée ! Lorsque vous avez l’idée de projet, il vous suffit de choisir une forme juridique, élaborer un bon plan d’affaires, trouver des financements et légaliser votre activité ; et vous voilà chef d’entreprise en France.